Léa Hamoignon

Promotion 2006 - 2007

Portfolio
• A fleur de peau : l’albinisme au Togo
• Le bac à quatre mains - Handicap en milieu scolaire
Multimédias
• Aurélie, sans repères fixes - Portrait d’une famille décomposée
• La vie de plus belle…

Portfolio

Le bac à quatre mains - Handicap en milieu scolaire

La scolarisation des enfants et adolescents handicapés est l’un des principaux enjeux de la nouvelle politique du handicap, définie par la loi du 11 février 2005. Cette loi accorde la priorité à la scolarisation de l’enfant handicapé en milieu ordinaire, c’est-à-dire dans un établissement de L’Éducation Nationale.

Benoît est en classe de terminal littéraire au lycée Jean Monnet de Montpellier et prépare son baccalauréat. Atteint d’infirmité motrice cérébrale (IMC) à un degré sévère, il ne pourrait aller à l’école sans l’aide de Vincent, son Auxiliaire de Vie Scolaire (AVS). Vincent écrit ses cours et ses devoirs, l’aide à manger et à boire, ainsi qu’à se repérer dans l’enceinte du lycée. Mais surtout, il lui a permis de s’intégrer dans la classe en faisant le lien entre son protégé et les autres élèves.

Depuis 2005, la prise en charge scolaire d’enfants ou d’adolescents en situation de handicap a progressé mais les moyens mis en œuvre ne sont pas adaptés à tous les handicaps et l’information auprès des enseignants et des parents reste insuffisante.

L’Éducation Nationale peine, de plus, à recruter des AVS. La précarité de leur statut et l’insuffisance de leur formation n’encourage pas l’exercice de cette fonction, laissant des enfants ou des adolescents, pourtant inscrits à l’école, hors du cursus scolaire.

Léa Hamoignon
Montpellier
2009

Lycée Jean Monnet de Montpellier. Benoît, atteint d'insuffisance motrice cérébrale (IMC) depuis sa naissance est en classe de terminal. Vincent, son auxiliaire de vie scolaire (AVS), l'accompagne depuis la classe de première. Lycée Jean Monnet de Montpellier Lycée Jean Monnet de Montpellier. L'IMC est une lésion cérébrale qui se manifeste pas une motricité réduite ou absente. Benoit a été gravement touché et ne peut quasiment pas se servir de ses membres inférieurs et supérieurs. Benoît : « Si on m'avait pris en charge à la naissance, je marcherais… mal mais je marcherais. Peut être que mon jumeau était moins touché et que c'est lui qu'ils ont décidé de sauver… » Lycée Jean Monnet de Montpellier. Benoît ne peut pas écrire. Il souffre de spasticité, contractions musculaires qui modifient sa motricité et la coordination de ses mouvements. Vincent note les cours que Claudine, sa famille d'accueil, lira pour qu'il puisse les réécouter. Lycée Jean Monnet de Montpellier « J'aimerais que les médecins soient moins bornés et arrêtent de juger sur les apparences. Ils n'auraient pas cru que j'arriverai à parler un jour ou que j'irai jusqu'au bac, ni même que j'aurai des copines, je parie ! » Lycée Jean Monnet de Montpellier Benoît : « Vincent, il a écouté son cœur et quand tu écoutes ton cœur, tu travailles mieux. Il croit en moi et me motive pour le bac. Puis surtout c'est grâce à lui que je me suis bien intégré au lycée ! » Lycée Jean Monnet de Montpellier De gauche à droite, Mme Merlet, professeure d'EPS, Benoît, Vincent et Marie, une camarade de classe. « Je ne mange pas les plats de la cantine parce que j'ai l'estomac fragile, même l'eau me fait mal. C'est Tatie qui me prépare mon déjeuner. » Infirmerie du Lycée Jean Monnet Laurianne, kinésithérapeute, s'occupe de Benoît trois fois par semaine pendant la pause du midi. Lycée Jean Monnet de Montpellier Laurianne, kinésithérapeute, maintient et entretient ses capacités motrices afin d'éviter que son corps ne se contracte davantage. Lycée Jean Monnet de Montpellier « Pour supporter la douleur quotidienne, je me dis qu'il y a toujours plus grave que moi. Je n'aime pas me plaindre… » Lycée Jean Monnet de Montpellier. Cours de Géographie. Benoît souffre de troubles cognitifs spatiaux qui l'empêchent de se repérer dans l'espace. Il sera pénalisé si l'épreuve tombe sur une carte géographique à compléter. Lycée Jean Monnet de Montpellier. Benoît a le corps qui fatigue très rapidement. Son corps, basculé en avant, lui permet de se reposer quelques instants. Lycée Jean Monnet de Montpellier. Benoît croise une surveillante qu'il affectionne particulièrement. Théâtre de Gramont. Benoît a choisi l'option théâtre au baccalauréat et profite des sorties que le lycée organise.  Benoît vit chez Charlotte, sa famille d'accueil, depuis l'âge de quatre ans. Benoît a besoin de Charlotte pour se déplacer de son fauteuil à son lit. « Elle a fait des miracles avec moi. Elle est plus qu'une famille d'accueil pour moi ! » Benoît écoute ses groupes de rap préférés. « Moi je ne peux pas tricher, je ne peux pas me cacher derrière une carapace. J'ai une gueule d'handicapé et je n'ai pas d'autre choix que de l'assumer… » Tous les matins, un infirmier vient l'aider à prendre sa douche. Charlotte et Benoît. « C'est important que des enfants comme Benoit soient intégrés en milieu scolaire ordinaire, ça ouvre sur le monde… Même si ça fait mal. » Charlotte accueille aussi Théo. Benoît : « Après le bac, je veux faire des études et rester chez Tatie, avec Théo. Ils sont vrais eux au moins… » Delphine, ergothérapeute, rend visite à Benoît deux fois par semaine : « Benoît ne va bientôt plus pouvoir conduire son fauteuil à cause de ses poignets qu'il n'arrive pas à détendre. Il faut qu'il se fasse opérer. » Benoît : « La vie me fatigue, je ne sais pas si la mort me fatiguera autant… » Lycée Jean Monnet de Montpellier. Benoît : « Faut que le gouvernement se bouge pour mettre les handicapés plus à l'aise. J'en connais qui n'ont pas osé aller plus loin parce qu'ils craignaient que tous leurs problèmes soient un barrage. Il n'y a pas de raisons pour que des gens intelligents restent dans des foyers qui leur font faire toujours la même chose… » Lycée Jean Monnet de Montpellier Benoît : « Quand elles sont là, avec moi, je me sens bien ; ça me change les idées et j'oublie mes soucis ! » Le lycée Jean Monnet de Montpellier est équipé d'ascenseurs contrairement à d'autres établissements qui ont accueilli Benoît au cours de sa scolarité. Benoît a, par exemple, pris du retard en mathématiques, matière qui s'enseignait au premier étage du collège. Lycée Jean Monnet de Montpellier Lycée Jean Monnet de Montpellier Lycée Jean Monnet de Montpellier Vincent : « Ce qui fait que notre relation est forte, c'est qu'on se voit tous les jours. Nous partageons un vrai quotidien à deux avec autant de joies que de peines ! » Lycée Jean Monnet de Montpellier. Mme Merlet, professeure d'Education Physique et Sportive, est diplômée du certificat d'aptitude à l'enseignement d'élèves en situation de handicap depuis trois ans. « Sans la formation, je n'aurais jamais su adapter l'EPS à Benoît. Avec lui, on travaille principalement la maîtrise de l'espace grâce à différents parcours. » Lycée Jean Monnet de Montpellier. Mme Merlet, professeure d'Education Physique et Sportive, est diplômée du certificat d'aptitude à l'enseignement d'élèves en situation de handicap depuis trois ans. « Sans la formation, je n'aurais jamais su adapter l'EPS à Benoît. Avec lui, on travaille principalement la maîtrise de l'espace grâce à différents parcours. » Lycée Jean Monnet de Montpellier A la fin des cours, Vincent attend avec Benoît que le GIPH (Groupement pour l'Insertion des Personnes physiquement Handicapées) vienne le chercher pour le ramener chez Charlotte. Centre commercial de Montpellier. « Moi, j'avais peur d'aller à l'école mais c'est Tatie qui m'a poussé. Si j'ai mon Bac, je serais heureux pour elle ! Elle a fait tellement de sacrifices pour moi… » Delphine, ergothérapeute, travaille la dextérité de Benoit. Benoît, Théo et Sony, le petit voisin. Benoît révise ses cours ou lit grâce aux cassettes que Charlotte lui enregistre la nuit. Charlotte : « Le seul outil de travail de Benoît c'est sa mémoire. » Lycée Jean Monnet de Montpellier - BAC BLANC THEATRE Vincent et Benoît s'isolent dans une pièce pour ne pas gêner les autres élèves pendant les épreuves. Lycée Jean Monnet de Montpellier - BAC BLANC THEATRE Benoit dicte à Vincent le contenu de sa dissertation. « Je suis content que ce soit Vincent qui m'accompagne au bac parce qu'il sait comment je fonctionne. Comme je suis à l'aise avec lui, je peux me concentrer sur les épreuves. » Benoît a un tiers de temps supplémentaire pour chaque épreuve de baccalauréat. Le CPE vient récupérer sa copie. « Qu'est ce qui n'est pas douloureux dans la vie… Même l'amour c'est douloureux, surtout quand ça se termine !  Lycée Jean Monnet. Benoît entouré de ses camarades de classes après une épreuve de bac blanc. « Tu fais la star, Benoît ! » « Tu as déjà vu une star comme moi, toi ? »



Tous les portfolios
logo_emi