Vincent Nguyen

Promotion 2006 - 2007

Portfolio
• La vie sans papiers à Mayotte - Vincent Nguyen / Riva Press - sept-oct 2008

Portfolio

La vie sans papiers à Mayotte - Vincent Nguyen / Riva Press - sept-oct 2008

La vie cachée mais la vie tout de même. Voilà à quoi se résume le quotidien des 60 000 sans-papiers officiellement recensés à Mayotte, petit territoire français au sein de l’archipel des Comores, dans le sud de l’Océan Indien.

Majoritairement originaires des îles voisines comoriennes, ils constituent près d’un tiers de la population de l’île et fournissent une main-d’oeuvre bon marché à une économie largement informelle. Ils viennent pour beaucoup de l’île d’Anjouan, dont les côtes les plus proches ne sont pas à plus de 70 Km de mer. À Anjouan, l’Etat est déliquescent, les salaires impayés, l’électricité fait défaut et le travail quasi inexistant.

L’île vit quasiment sous perfusion de l’argent de la diaspora et parmi elle, les travailleurs sans-papiers de Mayotte. Mais sur Mayotte la française, les arrestations sont quotidiennes. L’Etat renvoie chaque année 16 000 d’entre eux.

Des vies s’ancrent pourtant dans un mélange de révolte et de fatalité avec les injustices et la misère liées à la vulnérabilité de la clandestinité.

COMORES - Ile d'Ajouan, octobre 2008 - Des sans-papiers qui viennent d'etre expulses de Mayotte sont regroupes sur le pont avant du bateau qui assure la liaison entre Mayotte et les Comores alors que l'on arrive en vue de l'ile comorienne d'Anjouan. Ce bateau, le Maria Galanta, transporte aussi bien des passagers payants que des expulses, mais le proprietaire ne cache pas que le "marche" des expulsions, dont il a gagne l'appel d'offre de la Prefecture de Mayotte, est la seule raison qui le pousse a exploiter cette ligne. COMORES - Ile d'Anjouan, octobre 2008 - La ville et le port de Mutsamudu, capitale de l'ile comorienne d'Anjouan, d'ou partent les sans-papiers candidats au depart vers l'ile francaise de Mayotte. COMORES - Ile d'Anjouan, octobre 2008 - La ville de Mutsamudu, capitale de l'ile comorienne d'Anjouan, d'ou partent les sans-papiers candidats au depart vers l'ile francaise de Mayotte. COMORES - Ile d'Anjouan, Domoni, octobre 2008 -Les habitants de Domoni, sur l'ile d'Anjouan, se réunissent plusieurs fois par semaine sur la place publique de la medina pour assister aux festivités d'un mariage ou à des concerts. Un mariage coûte tres cher et le soutien de la diaspora est souvent nécéssaire, y compris l'argent des sans-papiers qui travaillent à Mayotte. COMORES - Ile d'Anjouan, Domoni, octobre 2008 -Des femmes, accompagnées de leurs enfants en bas âge, assistent a la préparation d'un mariage dans la cour d'une maison de Domoni, sur l'ile d'Anjouan. Un mariage coûte très cher et le soutien de la diaspora est souvent nécéssaire, y compris l'argent des sans-papiers qui travaillent à Mayotte. COMORES - Ile d'Anjouan, octobre 2008 - Des enfants jouent autour d'une lampe à pétrole lors d'un délestage a Mutsamudu, capitale de l'ile comorienne d'Anjouan, d'où partent les sans-papiers candidats au départ vers l'ile francaise de Mayotte. La ville ne peut compter que sur quelques heures (parfois seulement 2 heures) d'électricite par jour. COMORES - Ile d'Anjouan, octobre 2008 - Un jeune est vêtu d'habits portant l'insription "976 Maore", le numéro d'immatriculation de Mayotte et le nom de l'ile en shimaore (langue de Mayotte) dans un village du Nyumakele, une région pauvre du sud de l'ile comorienne d'Anjouan, d'où partent les sans-papiers candidats au depart vers l'ile francaise de Mayotte. Cet adolescent de 16 ans était lycéen a Mayotte. Il a été expulse il y a quelques mois et ne rêve que de retrouver un moyen d'y retourner. COMORES - Ile d'Anjouan, Domoni, octobre 2008 -Dans un hangar où sont fabriqués les kwassa-kwassa, des embarcations de 7 à 12 mètres de long qui transportent les passagers clandestins vers l'ile francaise de Mayotte située a 70 km de mer des plus proches côtes Anjouannaises. Certaines de ces entreprises sont légales et déclarent construire des bateaux de pêche, mais elles construisent également pour des pêcheurs qui font passer des clandestins. L'atmosphère, entre odeur de colle et poussière de fibre de verre, est irrespirable dans ces hangars où les ouvriers travaillent souvent sans aucune protection. MAYOTTE - Kaweni, le 25 septembre 2008 - Des sans-papiers Comoriens sont rassemblés au pied du bidonville de Kaweni, habité essentiellement par des personnes dans la même situation qu'eux. MAYOTTE - Kaweni, le 25 septembre 2008 - Un sans-papiers Comorien montre le bidonville de Kaweni, habite essentiellement par des personnes dans la même situation que lui. MAYOTTE - Kaweni, le 25 septembre 2008 - Dans le bidonville de Kaweni, habité essentiellement par des sans-papiers Comoriens. MAYOTTE - Kaweni, le 25 septembre 2008 - Dans le bidonville de Kaweni, habité essentiellement par des sans-papiers Comoriens. MAYOTTE - Kaweni, le 25 septembre 2008 - Dans la case d'une famille de sans-papiers Comoriens, dans le bidonville de Kaweni. MAYOTTE - Majicavo, le 29 septembre 2008 - Des mécaniciens Comoriens sans-papiers travaillent dans un garage clandestin à Majicavo. MAYOTTE - Combani, le 16 octobre 2008 - Des enfants de sans-papiers Comoriens dans le quartier Mogoni, habité essentiellement par des "clandestins" comoriens dans la ville de Combani, au centre de Mayotte. MAYOTTE - Mtsapere, le 28 septembre 2008 - Un sans-papiers Comorien, Anjouanais, pres de sa case. Il est tailleur, a été arrêté plusieurs fois et expulsé vers Anjouan, mais revient à chaque fois à Mayotte où il a un travail et où est né son jeune fils. MAYOTTE - Combani, le 23 septembre 2008 - Un sans-papiers Comorien doit marcher avec un déambulateur, devant la porte de la case de membres de sa famille qui l'héberge, dans le quartier Mogoni, habité essentiellement par des "clandestins" Comoriens. Victime d'un accident du travail, il n'ose pas aller à l'hôpital en ville de peur de se faire contrôler ou dénoncer puis arrêter et expulser. Il a donc fait appel à une association pour trouver une solution à son problème et tenter de se faire soigner. MAYOTTE - Combani, le 16 octobre 2008 - Dans la case d'une famille de sans-papiers Comoriens dans le quartier Mogoni, habité essentiellement par des "clandestins" comoriens dans la ville de Combani, au centre de Mayotte. Le père est à Mayotte depuis les années 80, sa femme depuis 2000 et leurs enfants sont nés à Mayotte. MAYOTTE - Kaweni, le 25 septembre 2008 - Des enfants de sans-papiers Comoriens sont rassemblés près des boiîtes aux lettres du bidonville de Kaweni, habité essentiellement par des personnes dans la même situation que leurs parents. MAYOTTE - Kaweni, le 25 septembre 2008 - Un sans-papiers Comorien prend la pose devant le bidonville de Kaweni, habite essentiellement par des personnes dans la même situation que lui. MAYOTTE - Combani, le 16 octobre 2008 - Des enfants de sans-papiers Comoriens dans le quartier Mogoni, habité essentiellement par des "clandestins" comoriens dans la ville de Combani, au centre de Mayotte. MAYOTTE - Combani, le 16 octobre 2008 - La petite fille d'un couple de sans-papiers comoriens dans le quartier Kiama (Enfer) habité essentiellement par des "clandestins" comoriens dans la ville de Combani, au centre de Mayotte. MAYOTTE - Majicavo, le 29 septembre 2008 - Des mécaniciens Comoriens sans-papiers travaillent dans un garage clandestin a Majicavo. Mayotte, le 26 septembre 2008 - Le prefet de Mayotte Denis Robin (D) s'apprête à accueillir le secrétaire d'Etat à l'Outre-Mer Yves Jego sur le tarmac de l'aeroport de Pamandzi. Cette visite intervient quelques mois avant le referendum de mars 2009 sur la départementalisation de l'ile.  Légende MAYOTTE, Mtsapere, le 15 octobre 2008 - Le terre-plein de M'tsapere, dans la périphérie sud de Mamoudzou. Un terrain repris sur la mer mais laissé à l'abandon. MAYOTTE, Mtsapere, le 15 octobre 2008 - De jeunes Comoriens sur le terre-plein de M'tsapere, dans la périphérie sud de Mamoudzou. Un terrain repris sur la mer mais laissé à l'abandon. MAYOTTE, Mtsapere, le 15 octobre 2008 - Des ouvriers du bâtiment comoriens travaillent sur un chantier dans le quartier Bonovo, à M'tsapere, dans la périphérie sud de Mamoudzou. Ici vivent de nombreux sans-papiers comoriens. MAYOTTE, Vahibe, le 23 septembre 2008 - Dans le quartier appele Petite Terre ou Rwanda, habite par des Comoriens en situation irrégulière. Le petit garcon au centre vit ici avec sa tante depuis que sa mère a été expulsée il y a deux mois. Mayotte, le 27 septembre 2008 - L'une des dernieres chatouilleuses de Mayotte, Zaina Meresse (G) assiste a la visite du secretaire d'Etat a l'outre-mer Yves Jego au Conseil general de Mayotte ou il est venu dialoguer avec les elus de l'ile sur la départementalisation. Mayotte, le 26 septembre 2008 - Petite Terre et le lagon vus de la barge qui la relie à Grande Terre. Dzaoudzi, MAYOTTE, le 27 septembre 2008 - Les acteurs de la lutte contre l'immigration clandestine sont réunis à la case Rocher pour l'annonce par le secrétaire d'Etat à l'Outre-Mer Yves Jego, de la création du GIR (Groupement d'intervention régional), structure réunissant des fonctionnaires de plusieurs administrations (gendarmerie, police, douanes, services fiscaux...) pour lutter contre l'immigration clandestine, l'économie souterraine et les réseaux de trafics. MAYOTTE, Combani, le 23 septembre 2008 - Des enfants dans le quartier Kiama (enfer), habite par des anjouanais en situation irrégulière, dans la ville de Combani à Mayotte. Image extraite d'un document filmé à l'intérieur du Centre de Rétention administrative (CRA) de Pamandzi en 2008. Ce centre a une capacité de 60 personnes. Ce jour-là, plus de 200 personnes, hommes, femmes et enfants y étaient retenues. Image extraite d'un document filmé à l'intérieur du Centre de Rétention administrative (CRA) de Pamandzi en 2008. Ce centre a une capacité de 60 personnes. Ce jour-là, plus de 200 personnes, hommes, femmes et enfants y étaient retenues. Image extraite d'un document filmé à l'intérieur du Centre de Rétention administrative (CRA) de Pamandzi en 2008. Ce centre a une capacité de 60 personnes. Ce jour-là, plus de 200 personnes, hommes, femmes et enfants y étaient retenues. Image extraite d'un document filmé à l'intérieur du Centre de Rétention administrative (CRA) de Pamandzi en 2008. Ce centre a une capacité de 60 personnes. Ce jour-là, plus de 200 personnes, hommes, femmes et enfants y étaient retenues.



Tous les portfolios
logo_emi