Alain Le Bacquer

Promotion 1993-1994

Portfolio
• Carnet de route au Xinjiang
• Pékin underground
Entretien
• Être photojournaliste c’est avant tout raconter une histoire humaine
Multimédias
• Webdoc - Pékin Underground
Prix
• Curé de campagne

Portfolio

Carnet de route au Xinjiang

Minorités musulmanes sur la route de la soie

La République Populaire de Chine pour célébrer les cinquante ans de la Province Autonome Ouigours du Xinjiang, Ex Turkestan oriental, a organisé un voyage de presse à destination des photographes étrangers. Cette région traversée par la route de la soie, connaît en effet un intérêt touristique grandissant ! Mais c’est surtout une province de première importance économique pour la Chine. On y extrait toutes sortes de matières premières dont le pétrole. Considérée par les chinois comme un nouveau « Far West », elle subit le même sort que son voisin, le Tibet, une sinisation accélérée. J’ai donc suivi ce voyage « programmé » pour faire ce bout de route a la rencontre des « minorités musulmanes du Xinjiang »

Majoritaires dans les années 70, les ouigours sont devenus minoritaires avec moins de 50%(les Hans chinois ne représentaient que 10% de la population en 1957 !) . On peut d’ailleurs s’en apercevoir en traversant les nouvelles villes chinoises qui jouxtent les anciens quartiers ou villages ouigours.
Tout au long de cette route des montagnes du Pamir bordant la frontière avec l’Afghanistan et le Tadjikistan, aux oasis de l’ancienne route de la soie, Makit, Bachu, Kusche, Xiahe, …Akessus.. qui bordent le désert aride du Taklamakan, partout, les villages traditionnels contrastent avec le clinquant des villes chinoises. Le mode de vie y est totalement différent. Les peuples du Xinjiang, musulmans pour la plupart, se détourne du progrès et de la modernité que leur promet le gouvernement chinois. De son coté le gouvernement chinois, après les dernières émeutes de 2009 succédant à celle de 1995 et 1997, a décidé de réprimer fortement toute velléité indépendantiste.

Urumqi, dans le quartier du grand bazar, les échoppes de rue ont pour spécialité les brochettes ouïghoures. Sous une serre chauffée, les chinois font pousser des roses en pleine hiver ! Image bienheureuse d'un Xinjiang folklorique. Pendant la fête du Korban, la fête du mouton pour tous les musulmans du xinjiang (province musulmane de Chine), un homme ouïghour vient de sacrifier un mouton selon le rite. Comme dans tout les pays musulmans, ici on fête l'Aït, durant le Korban festival, en sacrifiant un mouton. Les jeunes ouïghours n'ont pas tous accès à l'éducation, seuls les enfants de la middle class Han peuvent se payer les écoles semi-privées qui permettent d'accéder à un statut social. Les enfants ouigours doivent se contenter alors des petits boulots. A la frontière chinoise, sur les hauts plateaux du Pamir, un éleveur de Yaks tadjik. A la frontière chinoise, dans la région du Xinjiang, portrait d'une femme tadjik. Famille tadjik dans la région de Tashkurgan à la frontière chinoise du plateau du Pamir, région autonome du Xinjiang Si la plupart des femmes musulmanes du xinjiang ne portent qu'un discret foulard, certaines comme celle-ci, croisée dans une rue du vieux Kashgar, portent une sorte de tchador. Ce jeune Ouigour brandit fiérement son pistolet en plastique. Les hommes ouigours portent quant à eux, le plus souvent un couteau sur eux ! Sur les bords de la rivière gelée Tuman à Kashgar, une partie de billard s'improvise sur un terrain vague. On y joue pour de l'argent !



Tous les portfolios
logo_emi