Elisabeth Schneider

Promotion 2007 - 2008

Portfolio
• Acceptation
• Joël Chérief : prêtre et ouvrier
Multimédias
• M’aime pas peur

Entretien

Un terrain d’actualité qui peut-être à l’ombre de l’actualité

Quel a été le déclic dans votre carrière photo journalistique ?

Je n’ai pas eu de déclic…Un jour, j’ai arrêté de travailler sur l’autoportrait et j’ai commencé à photographier l’autre. J’ai besoin, pour des raisons personnelles, d’avoir un pied ancré dans la confrontation au réel et un pied dans la contemplation.

Quelle définition du photojournalisme pourriez-vous donner ?

J’aime l’idée de montrer le combat, la lutte que l’on ne voit pas en apparence. Ce combat que l’on tient dans le creux de notre main. Ce combat entre nous et nous dans un pays en paix qui ne fait pas de rouge sur les photographies. J’ai un respect incommensurable pour les journalistes et photojournalistes qui mettent en péril leur vie pour dénoncer la dictature, les corruptions diverses et variées, la torture, les viols et autres monstruosités. Des journalistes et des photojournalistes qui suivront et feront de la veille, qui tenteront de montrer leurs visions singulières des évènements, qui auront le psychisme assez stable pour faire face à l’altérité.

Vous considérez-vous comme photojournaliste ?

Non, je pense évoluer plus vers la photographie documentaire et d’auteure.

Pensez-vous que le photojournalisme se pratique obligatoirement sur le terrain de l’actualité ?

De quelle actualité parle t-on ? Laquelle, et pour qui ?
L’actualité est comme la lune. Elle a sa face visible, sa face cachée. Des terrains d’actualité, il y en a partout en vérité. Alors oui, le photojournalisme se pratique sur un terrain d’actualité qui peut être à l’ombre de l’actualité.

Il est commun de dire que le photojournalisme s’apprend sur le terrain mais vous avez suivi une formation à l’EMI, pourquoi ?

J’ai fait cette formation pour structurer mon parcours qui est celui d’une autodidacte qui n’a fait que du terrain. J’ai fait cette formation pour me perfectionner et mieux comprendre où je me situe dans ce métier.

Qu’est ce que le multimédia va changer pour les photojournalistes dans le futur ?

Une noyade assurée dans un océan multimédia mondial. Préparez vos bouées à bras…

L’usage de la vidéo/multimédia est-il selon vous devenu incontournable dans votre pratique professionnelle ?

Pour l’instant, je fais de l’image fixe et souhaite me perfectionner sur le son. L’image animée me fait un peu peur pour l’instant. Il y a beaucoup d’images. Le son m’interpelle plus en ce moment.



Toutes les entretiens
logo_emi