Christophe Gabillault

Promotion 2001 - 2002

Portfolio
• Abandon
• Au bout de Shamal Road

Entretien

Toujours en lien direct avec l’humain

Quelle définition du photojournalisme pourriez-vous donner ? Vous considérez-vous comme photojournaliste ?

Le photojournaliste est dans un mode narratif proche de l’actualité ou d’un fait de société et toujours en lien direct avec l’humain. Je ne me revendique pas photojournaliste mais photographe documentaire. Mes sujets se situent plus dans les conséquences, la mémoire que dans l’instant ou l’événement.

Pensez-vous que le photojournalisme se pratique obligatoirement sur le terrain de l’actualité ?

Oui, c’est préférable d’un point de vue professionnel si l’on veut rapidement être diffusé dans la presse.

Quelle est votre référence en photojournalisme aujourd’hui et pourquoi ?

Aujourd’hui, de nouvelles générations de photographes proposent des travaux à la fois documentaires et plasticiens avec beaucoup de recul, d’analyse et d’humilité. Ils ont choisi de ne plus être au plus près de l’action.

Il est commun de dire que le photojournalisme s’apprend sur le terrain mais vous avez suivi une formation à l’EMI, pourquoi ?

La photographie s’appréhende sur le terrain mais pas la méthode de travail. Se documenter, analyser un terrain, élaborer un projet... voila ce que j’ai acquis pendant la formation et cela a été beaucoup de temps gagné !

Pensez vous que l’usage de la vidéo et le multimédia fera partie de votre pratique professionnelle régulière dans l’avenir et pourquoi ?

Non pour la vidéo car je suis trop attaché à l’image fixe. Le multimédia est une finalité à laquelle je ne pense jamais !



Toutes les entretiens
logo_emi